• Leon Crickmore : Planets, Heptachords and the Days of the Week - The Harmony of the Spheres

     

     

    L'auteur. Leon Crickmore est un musicologue, chercheur interdisciplinaire et archéomusicologue anglais né en 1932. Au terme d'une carrière dans l'enseignement, il est doyen de la faculté des Arts de l'école Polytechnique de Londres Nord-Est.

    L'oeuvre musicologique de Leon Crickmore recouvre de nombreux domaines de l'histoire, de la littérature, de la théorie, ou de la philosophie de la musique.

    Les lecteurs désireux d'approfondir les rapports de cette étude avec l'ensemble du travail du Crickmore pourront consulter, en particulier, son article : Mythologie Harmonique, 9 notes de recherche interdisciplinaire (Arane vol I. 2009 - à lire ici), qui balaie, dans une perspective très complète, l'ensemble des problèmes théoriques, historiographiques et méthodologiques recouverts par la thématique traditionnelle de l'harmonie des sphères, en commençant par celui de la définition même du champ de la recherche.

    A l'instar de plusieurs auteurs de notre collection, Leon Crickmore se réclame de la recherche interdisciplinaire. Un tel positionnement n'est pas sans enseignement sur le sujet même qui nous occupe; dans la mesure où la musique des sphères est, elle-même, un corps de doctrine dans lequel se présentent comme "confondues", ou "indistinguées", des spéculations qui, dans l'organisation moderne de la science, comme de la recherche, ressortissent de disciplines séparées. L'interdisciplinarité peut donc apparaître comme la seule voie possible, en vue de faire apparaître, à travers la diversité des accès intellectuels, ce qui constitue leur trame commune et leur fondement invariant.

    Pour quiconque a un peu médité sur les questions pythagoriciennes, l'archéomusicologie (représentée en particulier par Leon Crickmore et Richard Dumbrill) apparaît comme un domaine d'"instabilité quantique" dans lequel l'émergence d'une pièce du passé peut encore, dans une certaine mesure, modifier la marche du présent, tant la chaîne des conséquences historiques et philosophiques associées au problème des origines de la musique, est lourde d'incidence pour la compréhension de ce que nous sommes. 

    Dans cette étude inédite, Crickmore examine quelques exemples de tablettes cunéiformes permettant de conclure, de façon quasi certaine, que la doctrine de l'harmonie des sphères associée habituellement aux spéculations philosophiques de Pythagore et de Platon, était bien connue des babyloniens, en tout cas sous la forme d'une correspondance entre cordes de l'heptacorde, planètes et jours de la semaine.

    Cette correspondance fut ensuite reprise par les traditions musicologiques hellénique et chrétienne, où le paradigme des "jours de la semaine" coïncide en outre avec celui des "jours de la création". De ce point de vue il peut être intéressant de croiser l'enquête de Crickmore, menée "en amont", avec celle menée "en aval" par J. Chailley et J. Viret à partir des fonds grec et chrétien. (Le symbolisme de la gamme, La revue Musicale, 1988).

     

    Site personnel : Leon Crickmore sur Academia. Edu 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :